Le Salève

Beaumont est l’une des communes situées sur le massif du Salève. Des structures comme le Syndicat Mixte du Salève et l’Association Foncière Pastorale ont été créées pour gérer ce massif, dans le respect de la charte Natura 2000.

Sommaire

Vue aérienne du Salève et de Beaumont

Syndicat Mixte du Salève

Le Syndicat mixte du Salève a été créé en 1994 et regroupe les 20 communes haut-savoyardes (60 000 habitants) sur lequelles s’étend le massif du Salève. Son objectif est de valoriser et de protéger le massif du Salève, situé au centre d’un territoire franco-suisse fortement urbanisé avec plus de 700.000 habitants.

Le syndicat a ouvert en 2007 la Maison du Salève à Présilly. Ce centre permet de découvrir le Salève grâce à un programme de visites guidées, d’expositions et de conférences.
Le syndicat mixte du Salève associe à ses trois groupes de travail — agriculture et alpages, tourisme et loisirs, accès et transports — tous les usagers du Salève (communes, associations, restaurateurs, paysans, chasseurs, offices du tourisme…)

Association Foncière Pastorale

L’Association Foncière Pastorale (AFP) du Mont Salève s’étend sur 10 communes situées sur le Salève : Archamps, Beaumont, Bossey, Collonges-sous-Salève, Cruseilles, Monnetier-Mornex, Présilly, La Muraz, Le Sappey et Vovray en Bornes.
L’AFP du Mont Salève a pour mission de coordonner l’entretien de 1474 hectares soit 1016 parcelles ayant une utilisation pastorale, agricole ou forestière. Il veille notamment à la gestion des ouvrages permettant une bonne utilisation des fonds et à la réalisation des travaux nécessaires à l’amélioration ou la protection des sols.

L’AFP est gérée par un syndicat constitué de représentants du Syndicat Mixte du Salève, des collectivités territoriales et des 463 propriétaires français et suisses.

L’AFP a retenu cinq axes prioritaires d’intervention :

  • Garantir l’approvisionnement en eaux des troupeaux et des agriculteurs et bergers en charge de la surveillance des troupeaux.
  • Maintenir des espaces ouverts pour garantir la richesse de la biodiversité des milieux et en assurer l’entretien par une agriculture respectueuse des objectifs inscrits dans la charte Natura 2000.
  • Assurer de bonnes conditions de vie et de logement aux bergers.
  • Gérer la multi-activités du massif dans le respect du site Natura 2000 et de la directive paysagère.
  • Garantir l’accès aux alpages.

Pour 2012, 13 lieux d’alpage ont fait l’objet de travaux, pour un coût total de 329 915 €, dont 134 453 € en autofinancement par les propriétaires, bailleurs et groupements pastoraux, 168 186 € grâce à une subvention du Conseil Général de la Haute-Savoie, et 27 275 € de subventions de la région Rhône-Alpes et de l’Europe.

Pour Beaumont, les projets sont :

  • la création d’un impluvium (réserve d’eau) sur l’alpage de la Thuile.
  • l’alimentation d’eau de plusieurs points d’abreuvage pour les animaux.
  • la réfection des clôtures.

Natura 2000

Carte des habitats naturels du SalèveLe réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels européens identifiés pour la richesse de leur biodiversité. En France, le réseau Natura 2000 valorise 1753 sites, dont le Salève depuis 2003.

Un inventaire réalisé au Salève a permis de recenser 17 habitats naturels (forêts de hêtres, de châtaigniers, marais, mares, prairies sèches, grottes …) couvrant 1509 hectares et 11 espèces d’intérêt européen : chauve-souris, orchidées, crapauds sonneurs, lynx … La protection de ces milieux se base sur le volontariat des propriétaires et exploitants.

La signature de la charte Natura 2000 engage à ne pas détruire ni porter atteinte aux habitats et espèces. Les travaux de débroussaillement des prairies sèches et des marais, de création et entretien de mares, de clairières en forêt sont effectués dans cet état d’esprit. En contrepartie, une exonération de la taxe sur le foncier non bâti est accordée . En 2011, 12 agriculteurs, 4 communes (dont Beaumont), une communauté de communes et 8 propriétaires ont signé un contrat Natura 2000.

Quelques repères sur le Salève

Le Salève est une montagne riche en habitats naturels remarquables. La présence de l’homme sur ce massif constitue une nécessité pour le maintien de ces espaces (alpages, forêts) mais aussi une menace qui pourraient remettre en question le fragile équilibre à l’origine de cette richesse écologique :

  • L’abandon des pratiques agricoles telles que la fauche ou le pâturage, dans les alpages entraînerait un appauvrissement de la flore. Mais l »intensification de ces pratiques agricoles peut également s’avérer préjudiciable. L’enjeu est donc de maintenir une pression d’intervention suffisante afin de maintenir les habitats naturels existants, tout en évitant une intensification excessive des pratiques .
  • L »assèchement progressive des zones humides (mares, tourbières) et le phénomène de comblement peuvent aboutir à l’affaiblissement de la biodiversité avec la destruction d’habitats naturels d’espèces animales et végétales.
  • La fréquentation touristique (randonnées…) peut perturber la tranquillité ou la qualité des habitats naturels.
  • Certaines pratiques agricoles ou forestières peuvent également s’avérer dangereuses pour le maintien d’habitats comme les marais, tourbières, stations botaniques, mares forestières notamment.